En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Gamal al-Ghitani

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain égyptien (Le Caire 1945 – Le Caire 2015).

Autodidacte devenu journaliste et correspondant de guerre du journal Akhbâr al-yawm (1969-1976), il est l'un des chefs de file de la « génération des années 1960 » qui, fortement politisée et rebelle, imposa en Égypte un renouvellement profond de l'écriture. Son œuvre puise au patrimoine ancien (Ibn Iyyâs, mystiques, voyageurs...), pour révéler le présent, maniant le pastiche et l'ironie. Il dénonce le despotisme d'aujourd'hui dans un roman pseudo-historique sur les Mamelouks, Zaynî Barakât (1974). Ses nouvelles (Papiers d'un homme qui vécut il y a mille ans, 1969 ; Terre-terre, 1972 ; Mention des faits, 1976) et ses romans (les Événements de la ruelle de Za'farânî, 1976 ; al-Rifâ'î, 1977 ; Risâla fî l-sabâba wa l-wajd, 1978 ; les Plans d'al-Ghîtânî, 1981 ; Kitâb al-tajalliyât, 1983 ; Risâlat al-basâ'ir fî l-masâ'ir, 1989 ; Hâtif al-maghîb, 1992) l'ont imposé comme l'un des écrivains les plus puissants et les plus novateurs de la littérature arabe contemporaine.