En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

René Ghil

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète français d'origine belge (Tourcoing 1862 – Niort 1925).

Théoricien du symbolisme autant que poète (Légende d'âmes et de sang, 1885), il lie aux sons des instruments et des couleurs, définissant une « langue-musique » attentive au Tout de l'univers. Poseur d'accents, de notes, un poète, au sens si haut qu'il prête à ce terme, a d'abord affaire à la musique et au timbre. Proche de Mallarmé, qui donne un « avant-dire » au Traité du verbe (1888), repris dans Crise de vers, il évolue solitaire dans la définition d'une poésie scientifique (1909), parfois voilée d'un didactisme jargonnant, et attentive au plus moderne de la vie (Zola, Verhaeren), qui sera mal comprise. Ses Œuvres complètes sont publiées à Paris en 1938.