En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Adhemar Martens, dit Michel de Ghelderode

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Auteur dramatique belge de langue française (Ixelles 1898 – Schaerbeek 1962).

Dès 1918, La mort regarde à la fenêtre manifeste l'influence de Maeterlinck. Suivent d'autres pièces : Piet Bouteille (1918), le Cavalier bizarre (1924), les Vieillards (1923), Un soir de pitié (1929). En 1924, la Mort du docteur Faust appartient avec Don Juan (1928) et Christophe Colomb (1928) à la période expérimentale, marquée par l'expressionnisme, le cirque, le cinéma. De 1925 à 1932, les représentations de la troupe d'avant-garde « Vlaamsche Volkstooneel » le  confrontent aux réactions du public et aux exigences de la scène. À cette expérience on doit la création de Magie rouge (1934) et les caractéristiques majeures de son théâtre : action brève située surtout la nuit ; espace coupé du monde ; personnages colorés ; langage imagé, à la fois lyrique et trivial. La Ballade du Grand Macabre, la Farce des ténébreux, Fastes d'enfer, Hop Signor !, Mademoiselle Jaïre, Sire Halewin signent la fertilité de la période 1934-1937. En 1939, Ghelderode cesse quasiment d'écrire pour la scène  et redevient auteur de contes et de poésies : la légende qu'il tisse autour de lui révèle son désir latent de mystification. Difficile de découvrir l'homme sous les masques multiples : il se campe en misanthrope, en solitaire voulu, mais apparaît aussi en blessé, en mal de contacts humains. L'œuvre traduit cette solitude : les personnages vivent souvent séparés, forme type de la cruauté ghelderodienne. Analyse psychologique ou réflexion philosophique cèdent le pas aux manifestations de l'instinct et de l'irrationnel. Ghelderode puise son inspiration dans l'observation directe des formes, des couleurs et des images, dans les scènes populaires et colorées de Breughel, les masques carnavalesques d'Ensor, l'art visionnaire de Bosch et de Goya. Le vocabulaire et la syntaxe témoignent d'influences flamandes. La langue devient un élément dramatique autonome.