En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Gerbert de Montreuil

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain picard (début xiiie s.).

En relation avec la cour de Ponthieu, Gerbert a composé deux récits en vers, Gerart de Nevers ou le Roman de la Violette et une longue Continuation du Conte du Graal. Gerbert de Nevers, roman d'aventures composé entre 1227 et 1229, se fonde, comme le Guillaume de Dole de Jean Renart, auquel il reprend la pratique des insertions lyriques, sur le motif folklorique de l'innocente persécutée : un traître surprend le secret de la belle Euriaut, une tache en forme de violette sur le sein. Fou de rage, l'amant, le comte Gérard de Nevers, renonce pourtant à tuer celle qu'il croit infidèle et il l'abandonne dans une forêt ; puis, repentant et déguisé en jongleur, il se lance dans une longue quête pour retrouver la trace d'Euriaut, qu'il délivre au moment où elle va être condamnée au bûcher. La Continuation du Conte du Graal, longue de 17 090 vers et composée vers 1226-1230, entrelace les aventures de Perceval aux aventures d'autres héros arthuriens comme Gauvain ou encore Tristan (épisode de Tristan ménestrel), mais ne mène pas à son terme attendu la quête du Graal par Perceval. Son orientation moralisante et religieuse très accentuée témoigne de l'influence de la Quête du saint Graal.