En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Stefan George

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète allemand (Büdesheim, Bingen, 1868 – Minusio, Tessin, 1933).

Traducteur de Baudelaire, entre autres, il publie d'abord des recueils (Hymnes, 1890 ; Algabal, 1892), influencés par Mallarmé et les symbolistes : c'est une poésie nouvelle en Allemagne, musicale et rigoureuse, proche de l'hermétisme. Vers 1900, George définit le poète comme guide de la nation et crée un cercle, le George-Kreis, prenant parfois les apparences d'un cercle religieux et auquel il confère un mythe central (l'Année de l'âme, 1897 ; le Septième Anneau, 1907) et une loi (l'Étoile d'alliance, 1913). À ce cercle furent attachés des poètes comme P. Gérardy, A. Schuler, L. Derleth et A. Verwey, des philosophes, germanistes ou historiens comme L. Klages, F. Gundolf, E. Bertram ou M. Kommerell. Son influence sur la vie intellectuelle allemande de l'époque fut discrète mais profonde. Le silence qui entoure l'œuvre de George depuis la guerre s'explique par ses positions radicalement conservatrices et par l'ésotérisme de sa poésie.