En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maurice Genevoix

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Decize 1890 – Alicante, Espagne 1980).

Enfant heureux des bords de Loire, élève brillant (il entra premier à l'École normale supérieure en 1911), il fut grièvement blessé lors de la Grande Guerre et dut renoncer à la carrière universitaire qui s'ouvrait à lui. Le sentiment de la survivance et la conscience de la dérision des ambitions humaines le firent regagner sa région natale, où il écrivit les cinq volumes de Ceux de 14 (1916-1923), témoignage de première main, sobre et intransigeant (à rapprocher de Barbusse) sur l'abomination vécue au front. La consécration littéraire lui vient avec Raboliot (1925, prix Goncourt), histoire d'un braconnier de Sologne en butte aux hypocrisies de la loi, dans une nature investie par des forces aux allures volontiers fantastiques. Suivront, entre autres, la Boîte à pêche (1926), le Jardin dans l'île (1936), toujours situés dans le val de Loire. Avec Rroû (1931) et la série des Bestiaires (1969-1971), s'affirme une veine de libre rêverie sur la vie de la forêt dans une exaltation des instincts animaux. Les étiquettes d'écrivain régionaliste et animalier souvent utilisées à propos de Genevoix sont réductrices : l'amoureux de la nature et des gens du terroir est d'abord un profond humaniste. Secrétaire perpétuel de l'Académie française de 1958 à 1973, il fut aussi un grand voyageur (Canada, 1945 ; Afrique noire, Afrique blanche, 1949).