En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Rómulo Gallegos

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Homme politique et écrivain vénézuélien (Caracas 1884 – id. 1969).

Épris de liberté, il participa activement à la vie politique de son pays et accéda à la présidence de la République en 1947, avant d'être chassé l'année suivante par une junte militaire et de s'exiler, d'abord à Cuba puis au Mexique. Il n'en publia pas moins de nombreuses nouvelles et dix romans, où il se montre un analyste lucide de la vie politique, sociale et culturelle de son pays et de l'Amérique latine aux prises avec l'héritage colonial et une difficile mutation, sans jamais que la fiction s'efface derrière la thèse ou l'idéologie. On peut distinguer trois étapes dans sa production romanesque. La première étape, avec le Dernier Solar (rebaptisé Reinaldo Solar), son premier roman (1921), et la Plante grimpante (1925), appartient à la littérature d'analyse psychologique : on y assiste à la décadence de héros qui symbolisent les grandes familles du féodalisme fin de siècle. Dans la deuxième étape, qui comprend ses deux chefs-d'œuvre, Doña Bárbara (1929) et Canaima (1935), ainsi que Chanteclair (1934), la nature occupe une place prééminente, devenant même, à bien des égards, le véritable protagoniste : Doña Bárbara, roman dans lequel l'influence du milieu naturel (llanos) est déterminante, met en scène une maîtresse femme, véritable transposition du macho traditionnel ; Canaima se situe dans la redoutable forêt de l'Orénoque, et dénonce le caciquisme ; Chanteclair est un poème en prose dédié à la savane. La troisième étape est marquée par un équilibre entre les deux tendances précédentes : Pauvre Nègre (1935) aborde le problème racial, à travers une histoire qui se déroule entre 1820 et 1880, et dont les héros sont la proie d'un conflit avec les forces obscures de la terre ; l'Étranger (1945) quitte le monde rural pour la ville, en particulier pour les milieux politiques corrompus.

Gallegos reviendra à la technique naturaliste et au monde de la campagne et de la forêt avec Sur la même terre (1947), autour du thème du pétrole et de la lente transformation d'un Venezuela agricole en puissance industrielle, dont sont inexorablement victimes les populations indigènes. Si le Fétu de paille dans le vent (1952) se déroule à Cuba et décrit les luttes sociales au temps de la crise du sucre et de la dictature de Machado, son dernier roman, posthume (la Terre sous ses pieds, 1969), dont les premières ébauches datent de 1950, n'a pas reçu sa forme définitive : il traite de la réforme agraire du Mexique post-révolutionnaire, et du nouveau caciquisme qui a détourné à son profit l'esprit de la révolution, thème abondamment repris par le Mexicain Carlos Fuentes.