En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Gabdulmajit Nurganievitch Gafouri

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète bachkir (Zilim-Karanovo 1880 – Oufa 1934).

Proche des milieux démocratiques, il connut la misère et dénonça dans ses récits (Une vie de misère, 1903) et ses vers (Transsibérien, 1904 ; Ma jeune vie, 1906 ; Amour de ma nation, 1907 ; Moi et mon peuple, 1912) l'autocratie, les injustices et la guerre. Rallié à la Révolution (l'Aube de la liberté, 1917), il s'opposa au nationalisme (Rêves empoisonnés, 1930), célébra la transformation de son pays (le Vœu du vieux héros, 1925 ; Chant de soldats rouges, 1929) et ressuscita les souffrances du passé (les Humiliés, 1927 ; les Mines d'or du poète, 1931).