En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Michel Déon

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Paris 1919).

Formé à l'école de l'Action française (dont il fut secrétaire de 1942 à 1944), il se sent en exil dans un monde où l'accord entre le ciel et la terre est rien moins qu'évident. Aux côtés de R. Nimier, de A. Blondin et de J. Laurent, il est l'un des « hussards » de la scène parisienne, mais se réfugie volontiers là où il croit retrouver la « pureté » d'antan : le Maroc, le Portugal et surtout la Grèce et l'Irlande (le Balcon de Spetsaï, 1961 ; le Rendez-vous de Patmos, 1965). Cette nostalgie aristocratique qui imprègne ses nouvelles (Un parfum de jasmin, 1967) et ses romans (les Poneys sauvages, 1970 ; Un taxi mauve, 1973 ; le Jeune Homme vert, 1975) a trouvé une résonance dans le grand public, phénomène que mettent en perspective des récits (Un déjeuner de soleil, 1981 ; Je vous écris d'Italie..., 1984 ; le Prix de l'amour, 1992) où l'imaginaire côtoie les références autobiographiques.