En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

André Dhôtel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Attigny 1900 – Paris 1991).

Qu'il s'agisse de romans (le Pays où l'on n'arrive jamais, 1955) ou de nouvelles (la Chronique fabuleuse, 1955 ; Un soir, 1977 ; Nouvelle Chronique fabuleuse, 1984), son œuvre, fortement marquée par l'atmosphère des Ardennes (le Couvent des pinsons, 1974 ; les Disparus, 1976), est toujours une quête optimiste, où le Graal n'est jamais loin, et qui se poursuit à travers l'espace du rêve, le temps du fantastique, de la fidélité au premier amour ou l'évocation de vies apparemment anonymes qui se découvrent chargées de symboles et de révélations (Histoire d'un fonctionnaire, 1984). La constance, l'acceptation de l'énigme et de l'aventure, une certaine douceur sont ici des règles d'écriture et surtout de vie (Campements, 1930 ; les Voyages fantastiques de Julien Grainebis, 1958 ; Un jour viendra, 1970 ; le Soleil du désert, 1973 ; Des trottoirs et des fleurs, 1981 ; Rhétorique fabuleuse, 1983).