En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

René Depestre

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain haïtien (Jacmel 1926).

Jeune poète révolutionnaire, communiste et anticolonialiste, il fut lié à la revue Présence africaine. Après des études à Paris, il séjourna en Tchécoslovaquie et à Cuba où, militant à la fois officiel et contestataire, il écrivit la plus grande partie de son œuvre. Revenu à Paris en tant que secrétaire de l'Unesco, il prit sa retraite en France. Il a fréquenté les intellectuels et des créateurs d'Afrique et d'Amérique du Sud, les écrivains progressistes français, les leaders révolutionnaires d'Asie. Sa période d'engagement internationaliste marxiste a été marquée par dix recueils poétiques antiracistes dont Minerai noir (1956), Un arc-en-ciel pour l'Occident chrétien (1967), d'inspiration vaudou, ainsi que par des essais (Bonjour et Adieu à la négritude, 1980). Ont suivi, ancrés dans l'haïtianité et l'érotisme, Alleluia pour une femme-jardin (nouvelles, 1973), et deux romans : le Mât de Cocagne (1979) et Hadriana dans tous mes rêves (1988). Les textes les plus récents, comme Eros dans un train chinois (1990), témoignent de l'abandon des options communistes et de la déterritorialisation de l'imaginaire.