En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean-François Casimir Delavigne

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Le Havre 1793 – Lyon 1843).

La gloire lui vint avec les Messéniennes (1818-1822), recueil d'élégies patriotiques qui lui valut une place de choix dans la constellation « libérale » d'alors. Comme nombre de libéraux, il se rallie au roi-citoyen, dont il chanta l'avènement dans la Parisienne. Mais c'est au théâtre qu'il connut une gloire durable, en montrant un goût constant tant pour l'innovation modérée (les Vêpres siciliennes, 1819 ; Marino Faliero, 1829 ; Louis XI, 1832) que pour l'idéologie du juste milieu (l'École des vieillards, 1823 ; les Enfants d'Édouard, 1833 ; la Popularité, 1838). En tentant explicitement d'accorder Racine et Shakespeare, ses pièces allient le respect des normes classiques à un soupçon de modernisme  par l'usage de la couleur locale et de péripéties rocambolesques et mélodramatiques : système hybride qui lui permit de rester à mi-chemin des deux écoles en conflit et de devenir ainsi le héros de tous.