En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Samuel Delany

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain américain (New York 1942).

Son premier roman (les Joyaux d'Aptor, 1962) le fait remarquer pour la tonalité poétique de son écriture. Il est suivi par la trilogie de la Chute des tours (1963-1965), qui, comme Nova (1968), combine space opera et symbolisme initiatique. Sa véritable consécration vient avec Babel 17 (1966), qui témoigne de son intérêt pour les problèmes du langage, puis l'Intersection Einstein (1967), œuvre polyphonique où trois récits se mêlent pour conter la quête de Lo Lobey, Orphée du futur, descendu aux Enfers pour y rencontrer des êtres issus d'un univers recoupant notre plan de réalité. Après plusieurs nouvelles (le Temps considéré comme une hélice de pierres semi-précieuses, 1970), une brève incursion dans le roman érotique (Vice versa, 1973), il publie une œuvre ambitieuse, Dhalgren (1975), qui fait s'interpénétrer trois romans en une structure circulaire. Triton (1976), tableau des mœurs du futur, témoigne du souci de recherche formelle évoqué dans son essai sur la science-fiction (The Jewel-Hinged Jaw). Avec les Contes de Neverÿon (1979), Delany revient à un type de récit plus classique relevant de l'heroic fantasy.