En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Régis Debray

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Essayiste et romancier français (Paris 1941).

Normalien, philosophe, attiré par la révolution castriste (Révolution dans la révolution ?, 1967), il est emprisonné en Bolivie (1967-1970) pour avoir combattu avec Che Guevara et libéré grâce à un large mouvement de solidarité internationale. Ami du président Allende, compagnon des révolutionnaires sandinistes au Nicaragua, il fut conseiller de F. Mitterrand. Parallèlement à ses romans (l'Indésirable, 1975 ; La neige brûle, 1977, prix Femina) et à son autobiographie amoureuse, politique et intellectuelle (les Masques, 1988 ; Loués soient nos seigneurs, 1996 ; Par amour de l'art, 1998), ses nombreux essais (le Scribe, 1980 ; le Pouvoir intellectuel en France, 1979 ; Critique de la raison politique, 1981 ; Cours de médiologie générale, 1991) analysent le rôle du militant et de l'intellectuel face au politique, interrogent les structures du pouvoir symbolique et la transmission culturelle, ou portent un regard, souvent pessimiste, sur l'histoire contemporaine (Empires contre l'Europe, 1985 ; Que vive la République, 1989 ; À demain de Gaulle, 1990).