En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Frédéric Dard

Frédéric Dard
Frédéric Dard

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Jallieu, Isère, 1921 – Bonnefontaine, Suisse, 2000).

D'abord auteur de romans noirs, dans la lignée de James Hadley Chase, il s'attache à la parodie du récit policier, fondant la psychologie sur le calembour et donnant à l'intrigue le rythme de la farce, dans la série des romans signé San Antonio, antihéros qu'il a créé à l'image de son nihilisme truculent, de Laissez tomber la fille (1950) à Céréales killer (2001) en passant par les Doigts dans le nez (1957) ou T'es beau tu sais (1972). La série a occulté le reste de l'œuvre de Frédéric Dard, qui, sous son vrai nom, a su mêler le noir, le suspense et la psychologie avec des romans (Les salauds vont en enfer, 1956 ; C'est toi le venin, 1957) qui inspirèrent le cinéma. Après divers pseudonymes (Cornel Milk, Kill Him), il devint l'Ange noir (le Boulevard des allongés, 1952) puis Kaput (Mise à mort, 1956), pour deux courtes séries consacrées à des génies du crime. Il fut aussi Frédéric Charles pour des romans d'épouvante (N'ouvrez pas ce cercueil, 1953) et d'espionnage assez conventionnels (Dernière Mission, 1950 ; les Figurants de la peur, 1960).