En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mihály Csokonai Vitéz

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète hongrois (Debrecen 1773 – id. 1805).

Après une vie de vagabondage, il essaie de se fixer pour obtenir les faveurs de la fille d'un négociant à laquelle il dédie ses plus beaux poèmes d'amour (les Chants de Lilla, publiés en 1805). Déçu, il revient dans sa ville natale, lit sur la tombe d'un ami son grand poème philosophique Sur l'immortalité de l'âme, contracte une pneumonie et meurt quelque temps après. Fervent disciple de Rousseau, il célèbre ses idées dans deux grands poèmes, À la solitude et À l'écho de Tihany (1804). Auteur d'une épopée comique (Dorothée ou le Triomphe des dames sur le Carnaval, 1804), il est, après Balassi et avant Petöfi, un des plus grands représentants du lyrisme magyar.