En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacques Cazotte

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Dijon 1719 – Paris 1792).

Fils de la bourgeoisie bourguignonne, il fit ses études chez les jésuites, apprit plusieurs langues étrangères, fut reçu avocat et engagé par le ministère de la Marine : il fut ainsi envoyé dans diverses places maritimes puis à la Martinique, avant de s'installer dans un domaine dont il avait hérité près d'Épernay. Il publia d'abord des contes de fées, parodiques et ironiques, la Patte de chat (1741), les Mille et Une Fadaises (1742). Il intervint dans la Querelle des bouffons en faveur de la musique française. Il s'inspira du Roland furieux de l'Arioste pour composer Olivier, poème épique en 12 chants (1763), puis organisa avec Jean-François Rameau la supercherie de la Nouvelle Raméide (1772) avant de revenir au conte avec le Lord impromptu (1767) et le Diable amoureux (1772). Il s'agit du récit à la première personne les aventures d'un jeune officier, Alvare, poursuivi par les instances d'un démon, Biondetto ou Biondetta, qui sous les traits d'une charmante jeune femme le séduit progressivement. Le dénouement laisse ouvert le sens de l'œuvre. L'allégorie morale qui montre l'être humain aux prises avec la tentation recouvre plusieurs niveaux de signification, de la démonologie usuelle (à travers le pacte diabolique caractéristique de la théologie médiévale) à l'ésotérisme illuministe en passant par la simple fantaisie propre au conte du xviiie siècle. Il a été considéré comme un des premiers textes fantastiques.

Cazotte fut attiré par l'illuminisme et se fit initier. Ses dernières œuvres, Continuation des Mille et Une Nuits, sont marquées par ces tendances mystiques. On lui prêta par la suite des prédictions de 1789. Il se rangea du côté de la contre-révolution et fut exécuté en septembre 1792. Ses œuvres rassemblées de son vivant puis après sa mort sous le titre d'Œuvres badines et morales (1776, 1788, 1817) trouvèrent un lecteur de choix avec Gérard de Nerval.