En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Willa Sibert Cather

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancière américaine (Winchester, Virginie, 1873 – New York 1947).

D'abord journaliste, elle tire de son enfance dans les plaines du Nebraska les thèmes de récits de l'Ouest (Ô Pionniers !, 1913 ; le Chant de l'alouette, 1915 ; Mon amie Antonia, 1918), qui font de l'espace américain la source d'un renouveau moral et physique. La nostalgie de ce passé rude marque sa critique du présent (Une femme perdue, 1923 ; la Maison du Professeur, 1925 ; Mon ennemi mortel, 1926). Le Sud-Ouest (La mort vient emporter l'archevêque, 1927) et le Canada français (Ombres sur rochers, 1931) lui fournissent une matière historique marquée par l'héroïsme et la sainteté, qui annonce sa conversion au catholicisme. Dans ses essais (Pas à moins de quarante ans, 1936), elle est influencée par Henry James et Flaubert : loin du primitivisme usuellement attaché à l'évocation des pionniers, elle lie intimement souci moral et travail esthétique.