En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Renaud Camus

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Chamalière 1946).

C'est d'abord dans les jeux textuels de la citation, du pseudonyme et de l'hétéronyme que ce disciple de Roland Barthes se fait un prénom (Passages, 1975 ; Travers, 1976). Avec Tricks (1978), il offre un des textes-cultes de la littérature que l'on nommera bientôt « gay ». Ni militant ni prosélyte, le livre dit la liberté de ces années d'avant le sida. Puis, parmi traités, élégies, églogues, faux romans historiques (Roman roi, 1983), se détache le Journal d'un voyage en France (1981) : Camus a trouvé sa voix, celle d'un sujet curieux, passionné, cultivé, qui va faire de toute sa vie (voyages, préférences, amours, opinions) la matière d'une écriture à l'élégance affirmée. À partir de là, soutenu par Pol Ostachevsky-Laurens (P.O.L.), il publiera chaque année un volume de son Journal. La Campagne de France (publiée, elle, chez Fayard) provoque un énorme scandale durant l'été 2000 : plusieurs affirmations y sont ressentie comme une provocation antisémite. Une idée classique de la France, de sa langue, de sa culture (voir la série récente des Départements : Lozère, Gers, Hérault), constitue le fil rouge de cette œuvre abondante, savante et solitaire qui se poursuit parallèlement sur Internet (Vaisseaux brûlés).