En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Erskine Caldwell

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancier américain (White Oak, Géorgie, 1903 – Paradise Valley, Arizona, 1987).

Deux romans, la Route au tabac (1932) et le Petit Arpent du bon Dieu (1933) ont fixé les traits majeurs de son œuvre : réalisme brutal, fréquemment érotique et pathétique, attention portée à la condition sociale et à la vie rurale du Sud. Dans le Petit Arpent du bon Dieu, il évoque la cupidité d'un vieux paysan, obsédé par l'idée que le lopin dont il a donné les fruits à l'Église recèle une mine d'or. L'ironie accentue l'évocation de la laideur et de la ruine du monde américain, incarnées par les fantasmes raciaux et sexuels des petits Blancs. Outre les récits du Sud (Bagarre de juillet, 1940 ; Un petit gars de Géorgie, 1943 ; Terre tragique, 1944 ; Jenny toute nue, 1961 ; Miss Mamma Aimée, 1967 ; Annette, 1973) et Une lumière pour le crépuscule (1952), situé dans le Maine, il a donné des essais, des reportages (Vous avez vu leur visage, 1937 ; C'est ça, les USA ?, 1941 ; l'Amérique en long et en large, 1964) et une autobiographie (Mais l'art est difficile, 1951), tous polémiques et sans concession.