En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

John Killian Houston Brunner

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain anglais (Oxford 1934 – Glasgow 1995).

Lecteur précoce de Wells et de Jules Verne, il publie ses premières nouvelles au tout début des années 1950. Si des nécessités financières le contraignent à écrire des récits destinés à une très large consommation, généralement des aventures spatiales (les Négriers du cosmos), plusieurs de ses romans le désignent, avec J. G. Ballard, comme l'un des écrivains majeurs de la science-fiction britannique : après La ville est un échiquier (1965), transposition inattendue d'une authentique partie d'échecs, Tous à Zanzibar (1968), qui confère ses lettres de noblesse à la « New Wave », trois autres romans, l'Orbite déchiquetée (1969), le Troupeau aveugle (1972), Sur l'onde de choc (1975) s'inscrivent dans le courant naissant de la « speculative fiction ». Brunner fonde ses récits sur une technique narrative héritée de Sterne et de Dos Passos, et inspirée par McLuhan : dispersant l'action et les points de vue en alternant plusieurs lignes narratives convergentes et d'innombrables bribes d'informations hétéroclites, il réalise un collage suggestif du chaos urbain, de la mobilité et de la violence sociales, des tendances suicidaires (surpopulation dans Tous à Zanzibar, désastre écologique dans le Troupeau aveugle, contrôle totalitaire des réseaux informatiques sur les populations dans Sur l'onde de choc) et des maillons les plus industrialisés d'une Terre dont il voit la sauvegarde dans un grand mouvement de résistance individuelle et collective à l'exploitation sauvage des ressources naturelles et des hommes.