En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Robert Bridges

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète anglais (Walmer, Thanet, 1844 – Oxford 1930).

Médecin jusqu'en 1882, imprégné de culture classique, légataire de G. M. Hopkins, fasciné par l'expérimentation prosodique, il sera poète lauréat (1913). Ses ambitions mythologiques et son désir de sérénité trahissent une frigidité très victorienne (la Croissance de l'amour, 1876 ; Prométhée et le don du feu, 1883 ; Éros et Psyché, 1885). Ses drames (Néron, 1885 ; le Festin de Bacchus, 1889 ; Achille à Skyros, 1890 ; Déméter, 1904) ont une grandeur rituelle un peu compassée. Ibant obscuri (1913), Britannia victrix (1919) et le Testament de la beauté (1929) traduisent la nostalgie d'un tempérament dionysiaque sous le masque du stoïcisme.