En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Paul Bowles

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Musicien et écrivain américain (New York 1910 – Tanger 1999).

Auteur de musiques d'opéras, de ballets et de films, il dénonce l'absurdité du monde moderne en une vision nourrie par son exil à Tanger : dans Le ciel nous protège (1949), Un thé au Sahara (1949), Après toi le déluge (1952), la Maison de l'araignée (1955), il oppose l'Afrique et l'Occident en des images saisissantes de la peur et de la corruption. Ses récits documentaires (Une vie pleine de trous, 1964 ; Le Léman, 1969), où il transcrit et traduit de l'arabe dialectal les vies d'un domestique et d'un pêcheur, illustrent le stoïcisme des plus démunis. Dans son autobiographie (Sans arrêt, 1972), puis dans Portrait (1999), il réfléchit sur ce jeu du déracinement.