En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean Boudou

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français de langue d'oc (Crespin 1920 – Alger 1975).

De formation félibréenne, il rejoignit l'Institut d'études occitanes en 1956. Son œuvre, considérée comme l'une des plus originales de la littérature d'oc moderne, s'ouvre sur deux livres de contes (Contes del meu ostal [Contes de ma maison], 1951 ; Contes dels Balssas [Contes des Balzac], 1953), suivis en 1975 des Contes del Drac (Contes du Drac), où la culture populaire, la chronique historique et familiale sont au service d'un témoignage réaliste de la vie rurale en Rouergue et en Albigeois. Son roman La grava sul camin (le Gravier sur le chemin, 1956) est un témoignage sur l'humiliation des déportés du travail, les aliénations subies et le désespoir d'un être écrasé par son milieu et les événements ; La Santa Estela del Centenari (la Sainte Estelle du Centenaire, 1960), Lo libre dels grands jorns (le Livre des grands jours, 1964) inaugurent un humour fantastique sur fond d'angoisse qui ne quittera plus Boudou. On lui doit encore Lo libre de Catoia (le Livre de Catoia, 1966), un roman historique La Quimèra (la Chimère, 1974), un récit inachevé, Las Domaisèlas (les Demoiselles, 1976) et des poèmes rassemblés dans Sus la mar de las galèras (Sur la mer des galères) en 1975 et qui ont inspiré la nouvelle chanson occitane.