En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bolivie

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Conquise en 1538, la Bolivie devint indépendante après la victoire du général Sucre sur les Espagnols (1825). À l'époque coloniale, la littérature bolivienne se réduit à des textes historiques, juridiques et à des chroniques. Les lettres boliviennes proprement dites datent de l'indépendance. Vicente Pazos Silva publie à Londres (1834) des Mémoires historico-politiques sur son pays ; l'érudit José Manuel Loza (1799-1862) est le biographe de Bolívar. Si Ricardo J. Bustamante est le premier romantique « officiel » bolivien, María Josefa Mujía (1820-1888) écrit des poésies empreintes de sentiments plus sincères ; Adela Zamudio (1854-1928) est la personnalité la plus marquante de la poésie bolivienne avant Rosendo Villalobos (1859-1940), qui hésite entre romantisme et Parnasse. Vers le milieu du xixe siècle, apparaît en Bolivie le roman historique et social à la manière d'Eugène Sue (Sebastián Dalenze, Félix Reyes Ortiz). Nataniel Aguirre est le premier écrivain vraiment original de son pays. Manuel Sánchez de Velasco inaugure la recherche historique nationale (Mémoires, 1848), et Gabriel René Moreno crée la critique littéraire avec son Introduction à l'étude des poètes boliviens (1864). Grâce à Ricardo Jaimes Freyre, Argentin d'origine, le modernisme fait des adeptes dans le pays : Manuel María Pinto (1871-1940), Carlos Peñaranda (1883-1921) et, surtout, Gregorio Reynolds (1882-1948).

Franz Tamayo représente la transition avec l'époque contemporaine. À la même génération appartient Alcides Arguedas, fondateur local de l'indigénisme, courant dont relève aussi Jaime Mendoza (1874-1940). Le roman d'inspiration nationale et historique est représenté en outre par Abel Alarcón (1881-1954). Auteur de contes fantastiques, Fernando Díez de Medina a remis en question la littérature bolivienne. La guerre du Chaco qui opposa la Bolivie au Paraguay (1932-1935) inspira plusieurs romanciers tels que Arturo Céspedes et Roberto Leiton. L'indianisme et les aspects variés de la nature bolivienne ont suscité les créations d'Augusto Guzmán, Raul Botelho Gonsálvez, Víctor M. Ibañez. En poésie, Octavio Campero Echezu est le chantre du paysage national ; Jesus Lara s'intéresse à la Poésie quechua, tandis qu'Omar Estrella et Guillermo Vizcarra Fabre ont été plus volontiers à l'écoute des avant-gardes européennes, et que leurs cadets se montrent plus ouverts encore aux voix d'autres pays, tels Homero Carvalho Oliva (Mémoires des miroirs, 1996) et Edmundo Paz (Désapparitions, 1994 ; Près de la tour, 1997).