En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bildungsroman

(roman de formation)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Ce terme allemand, avec ses variantes (Entwicklungsroman, Erziehungsroman, roman d'apprentissage ou d'éducation), désigne un type de récit où le personnage principal se « forme » et mûrit au contact du monde et par les expériences qu'il y vit. Le roman de formation ne part pas de l'idée de l'homme « fait » qui aurait à se confronter à un ordre figé (épique) sous la forme d'une épreuve, mais introduit la notion optimiste de devenir, tant pour l'individu que pour la société où il évolue : la vie est un champ d'expérience, une école qui modèle progressivement le héros et sa conception du monde. Sous divers aspects, le Bildungsroman décrit un itinéraire constant : « vocation » du héros qui vient de terminer son adolescence et doit développer ses possibilités (artistiques) d'abord par une rupture avec son existence antérieure (univers clos de la cellule familiale ; conflit de générations chez les romantiques), puis par un « voyage » (géographique, intérieur et initiatique), où les rencontres successives (le maître, l'amour) sont vécues comme un enrichissement, enfin, souvent par un retour aux lieux de départ qui permet de mesurer le chemin parcouru. Le Bildungsroman, dont on peut voir les prémices dans le roman baroque (Simplicius Simplicissimus de Grimmelshausen) et dans Tom Jones de Fielding, se développe en Allemagne surtout au xviiie s., puis chez les romantiques, et jusqu'à l'époque contemporaine. Il est toujours porteur de la vision du monde de son auteur, dont il reflète les idéaux : Agathon (Wieland), Wilhelm Meister (Goethe), qui reste le modèle du genre, Henri d'Ofterdingen (Novalis), Franz Sternbald (Tieck), Pressentiment et Présence (Eichendorff), l'Été de la Saint-Martin (Stifter), Henri le Vert (Keller), Peter Camenzind et le Jeu des perles de verre (Hesse), Jean-Christophe (R. Rolland). À la fin du Bildungsroman, le personnage, mûri par la « conquête cognitive de soi » (M. Brion), a trouvé sa juste place dans l'ordre du monde et la société de son temps.