En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pierre Bayle

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Le Carla 1647 – Rotterdam 1706).

Fils d'un pasteur de l'Ariège, il obtient en 1675, après un séjour à Genève comme précepteur, une chaire de philosophie à l'académie protestante de Sedan, qui sera fermée sur ordre du roi en 1681. Il passera le reste de sa vie en exil en Hollande, d'où ses écrits rayonneront et influenceront considérablement la philosophie des Lumières. Sa Lettre sur la comète, écrite en 1682 à l'occasion du passage de la comète de 1680 et des terreurs populaires qu'elle inspira, veut prouver que les météores n'ont aucune influence sur notre vie et que l'homme n'est pas le centre de l'Univers. Les sujets touchent à la métaphysique comme à la politique. Bayle s'attache à dénoncer toutes les formes d'imposture nourries de superstitions : préjugés comme fabulations. Dans ses Nouvelles de la République des lettres (1684-1687), qui lui valent la notoriété, il défend un protestantisme réfléchi au nom du réalisme et de la tolérance. Le Dictionnaire historique et critique (1692-1697), dans lequel il déploie une vive raison critique aussi bien qu'une critique de la raison, est la plus importante de ses œuvres. Bayle prône une quête scientifique de la vérité guidée par un esprit résolument relativiste. Il insiste sur l'aspect parcellaire de la connaissance, mais aussi sur le dynamisme inhérent au cheminement même qui conduit à un type de vérité et non à La Vérité. Il souhaite qu'on ne confonde plus l'histoire et l'apologie, la recherche et le dogme. De même qu'il oppose raison et religion, il oppose condition humaine et perfectibilité. Le zèle religieux, au sens fort, est de tous les dangers le plus grand. « Rhapsodie », « compilation » ou « fatras », le Dictionnaire surprend par sa texture composite, où le texte et ses gloses dialoguent dans l'ensemble de l'espace typographique de la page, jusqu'à envahir les marges elles-mêmes. Les traits originaux de son étonnante « machine à lire » résident dans l'emploi courant de l'ironie, la méthode des renvois, l'utilisation de termes crus, l'exposé de pensées adverses et l'habitude des « remarques », qui opèrent par rapport au texte central une sorte de retrait forçant la réflexion critique. Contre l'universel trompeur et oppressif qu'on retrouve dans tous les systèmes religieux et philosophiques, Bayle, le polémiste, a su imposer un attachement au relatif, à la différence, qui en fait, à sa façon, un ancêtre de ceux qui pensent plus en termes de « minorités » et de « marginalités » qu'en termes de « majorités » et d'« orthodoxie ».