En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

James Baldwin

James Baldwin
James Baldwin

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancier américain (Harlem, New York 1924 – Saint-Paul-de-Vence 1987).

Écrivain noir, fils de prédicateur, ordonné à 14 ans et agnostique à sa majorité, qui, en 1948, a fui l'Amérique pour l'Europe. Son écriture est marquée par le combat pour dire et vivre la négritude dans un défi au monde blanc, ce qui explique que l'écrivain, bien que rarement engagé, soit devenu le porte-parole du Mouvement des droits civiques dans les années 1960. Les essais (Personne ne sait mon nom, 1961 ; la Prochaine Fois, le feu, 1963 ; le Diable au travail, 1976) adressent des provocations à la fois raisonnées et passionnelles aux Américains. Les Élus du Seigneur (1953), Un autre pays (1962), l'Homme qui meurt (1968) sont des « romans de formation » d'un jeune Noir homosexuel qui a cru à l'intégration. Prise de conscience et avenir de la négritude jouent dans Un jour où j'étais perdu (1971), évocation de Malcolm X, Chassés de la lumière (1972), Si Beale Street pouvait parler (1974). L'ensemble de l'œuvre contribue à établir, dans les années 1950 et 1960, une identité culturelle suivant un jeu de comparaisons et de contrastes que reprend Juste au-dessus de ma tête (1979).