En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Owhad al-Din Mohammad ibn Mohammad Anvari

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète persan (district de Khavaran, Khorasan, v. 1125 – Balkh 1189 ou Tabriz 1191).

Il dut à sa virtuosité le titre de « Maître de la qasida persane ». Après des études supérieures à la Madrasa Mansouriyya de Tous, il publia ses premières qasida (1145), qui lui valurent aussitôt la notoriété. Attiré par les honneurs, il accepta un poste à la cour seldjoukide du sultan Sandjar. Cette période de sa vie fut la plus heureuse et la plus féconde. Poète officiel, il brilla non seulement par ses œuvres d'imagination, mais aussi par la diversité de ses connaissances (musicales, philosophiques, scientifiques). Cependant, sa passion de l'astrologie le perdit aux yeux de ses maîtres : à la suite de conjonctions astrales exceptionnelles, il avait en effet prédit des triomphes qui ne se réalisèrent pas (1185). Il composa également des élégies sur les ruines du Khorasan. À la fin de sa vie, aigri et révolté, il s'adonna à un style satirique, dont il usa pour stigmatiser la société et ses rivaux.