En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Kano

Lignée de peintres décorateurs japonais travaillant pour les shogun entre le xve et le xixe s.

Kano Masanobu (1434-1530), le premier laïc ayant pratiqué le lavis monochrome tout en se souvenant du yamato-e, créa un nouveau style national et est considéré comme le fondateur de l'école.

Kano Motonobu (Kyoto 1476-Kyoto 1559), fils du précédent, domina l'art de l'époque en donnant à l'école de solides assises artistiques et sociales tant à la cour impériale que shogunale. Ses vastes peintures murales, aux coloris brillants, empreintes d'un lyrisme décoratif et d'un dynamisme nouveau, sont parfaitement adaptées aux palais et aux temples (Daitoku-ji et Myoshin-ji, à Kyoto) qu'il décore.

Kano Eitoku (Yamashiro 1543-Kyoto 1590), son petit-fils, associe le lavis monochrome et le yamato-e. Ses compositions révèlent un sens de l'espace et une vigueur de trait que rehaussent des fonds dorés, alors que la spontanéité et la verve animent ses scènes de genre (paravents de la Vie à Kyoto, collection privée, Yonezawa).

Kano Sanraku (Omi 1559-Kyoto 1635), fils adoptif d'Eitoku, fut avec son propre fils adoptif, Sansetsu (1590-1651), le dernier grand représentant du brillant style de l'époque Momoyama. Patronné par le shogun Hideyoshi, il assura la continuité de l'école Kano à Kyoto. Ses œuvres (beautés de la nature, scènes historiques) témoignent de l'étendue de son talent, du lavis cursif à la grande composition décorative en couleurs.

Kano Tannyu (1602-1674), petit-fils de Eitoku, dirigea l'académie officielle du shogunat d'Edo (Tokyo). Ses décorations murales, polychromes sur fond or (château Nijo, Kyoto), sur le thème traditionnel des pins et des oiseaux, sont l'unique témoin des fastes décoratifs de l'époque Tokugawa.