En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mecano

Groupe espagnol de rock et de pop formé en 1980 par Ana Torronja, José María Cano et Nacho Cano.

Un jouet trois pièces, lancé par CBS comme la version ibérique d'un « nouveau romantisme », dont Spandau Ballet ou Duran Duran fixaient l'horizon, devient le premier groupe espagnol à décrocher un Grammy Award. Accueillis avec scepticisme (« mous, faux, comme il faut »), Ana et les deux Cano savent dès le début conquérir un jeune public désenchanté avec leur dolent Hoy no me puedo levantar. Puis 4 albums en crescendo (Dónde está el país de las hadas, Entre el cielo y el suelo, Descanso dominical et Aidalai), jusqu'à ce que l'usure et peut-être aussi un peu de mou entre les deux frères compositeurs défassent — sans doute à jamais — la belle histoire (Nacho, le bouddhiste du club, entame une carrière autonome). Le secret de Mecano ? Le charme prenant d'une voix de femme-enfant, une grande variété des inspirations musicales (la rythmique mondiale, mais aussi des clins d'œil tous azimuts, salsa légère, violons lyriques, swing bossa, ou la guitare flamenca de Tomatito pour des rumbas pop) et un cocktail de textes sérieux ou frivoles, mais toujours très bien écrits.

Qu'ils chantent l'amour au féminin, le dalaï-lama ou le destin de l'Afrique, la maladie du temps, le génie de Dalí ou le fils gitan de la lune, les trois de Mecano sont fidèles à un « esprit O.N.G. », où l'hédonisme se mâtine d'une vibration sentimentale aux événements du monde. En se voulant délibérément espagnol, Mecano a su imposer l'hispanité dans le panorama de la pop music mondiale et se tailler, à ce titre, un colossal succès en Amérique latine. Par l'usage de l'espagnol, mais aussi par un esprit de résistance culturelle bien présent dans les chansons : ironie sur le mythe américain (No hay marcha en Nueva-York), amour du chez-soi (Quédate en Madrid) et défense sentimentale et postmoderne des coutumes parentales (les douze grains de raisin que l'on avale aux douze coups de minuit le 31 décembre sur la Puerta del sol, Un año mas). Au total, une émouvante et sincère synthèse des années 1980.