En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Little Bob Story

Groupe français de rock formé en janvier 1971 au Havre, par Robert Piazza, alias Little Bob (chant), avec « Bibi » Delahaye (guitare), Dominique Lelan (basse), Guy George Gremy (guitare) et Dominique Quatier (batterie).

P'tit Bob reste sans conteste « le » chanteur rock français à avoir tout compris dans le domaine. Rameur infatigable, il a connu toutes les galères, mais il a aussi toujours voulu écarter ses doutes pour repartir de plus belle avec un enthousiasme qu'il a su communiquer à ses musiciens, ainsi qu'aux divers publics qui ont jalonné son histoire.

Car Little Bob Story était avant tout un groupe de scène convaincant, si convaincant qu'il a frôlé de peu une carrière internationale en se faisant respecter tant des Britanniques que des Américains. Avec la voix unique d'un Eric Burdon mâtiné d'un John Fogerty, portée par un rock-blues solide et énergique, son répertoire consistait pour la moitié en reprises de groupes comme Animals, Flamin'Groovies ou Small Faces, et d'artistes comme Jerry Lee Lewis. Avant de passer lui-même en tête d'affiche, il assura la première partie des plus grands (Dr Feelgood, Clash, etc.). Pendant plus de quinze ans à sillonner la France et l'Europe continentale, à traverser régulièrement la Manche, à faire des percées outre-Atlantique, tout cela quasiment au rythme moyen d'un concert tous les trois jours…, on imagine aisément avec quel déchirement P'tit Bob dissout son groupe en 1989 pour entamer une carrière solo, accompagné d'un unique pianiste. Il reforme un groupe en 1991 et repart à l'assaut du public.

En 1993, Little Bob enregistre Lost Territories, son disque le plus abouti en solo, d'où ressort le morceau-titre, magnifique hommage au peuple amérindien, jugé trop long pour une carrière en radio qu'il aurait pourtant mérité. Sur l'album et sur la tournée qui suivit, on remarque la présence d'Olivier Durand, futur compère d'Elliott Murphy et de J. J. Holiday des Imperial Crowns, considéré à raison comme l'un des meilleurs guitaristes slide de sa génération. Bénéficiant de budgets moindres, mais musicalement aussi ambitieux, Blue Stories (1997) puis Libero (2002) sont venus augmenter la riche discographie de Little Bob qui, bon an, mal an, continue de tourner. Le très bon et double Live 2003 (2004) en est une preuve supplémentaire, ainsi que The Gift sorti en 2005 et un Live + DVD sorti en 2007. Time to Blast, signé en 2009, est un véritable retour aux sources ; les paroles engagées et le son qui décoiffe en laissent plus d'un sur le carreau. Révolte, puissance et maîtrise de la part d'un Little Bob toujours là et bien là après presque trente-cinq ans de rock'n'roll et une carrière irréprochable.