En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

The Hives

Groupe suédois de rock formé en 1993 à Fagersta par Nicholaus Arson (guitare), Vigilante Carlstroem (guitare), Dr. Matt Destruction (basse), Chris Dangerous (batterie) et Howlin' Pelle Almqvist (chant).

The Hives fait partie de la très vivace scène garage rock/punk rock scandinave (et principalement suédoise) des années 1990, descendants directs des pionniers de la décennie précédente tels que leurs compatriotes The Nomads ou encore Peer Gynt, en Finlande. D'aucuns les rapprochent à tort des Strokes et autres White Stripes, alors que c'est plutôt dans la cour des Hellacopters et autres International Noise Conspiracy qu'il faut aller piocher les mélodies « high octane » du quintet, sans fioritures, directes comme un bon uppercut. En ce sens, ils sont comparables à ce que The Clash délivra sur son premier album éponyme (et décisif).

Après quelques gammes bruitistes, les cinq Suédois, encore adolescents, signent sur le très actif label Burning Heart en 1995 et publient dès l'année suivante un EP dévastateur autant que lumineux, Oh Lord ! When ? How ?, où l'on ressent assez fortement l'influence du cri primal des Stooges. Parallèlement à une musique instinctive et assurément très énergique, le groupe a un look très étudié, très arty même, invariablement vêtu de noir et de blanc. Un premier album, Barely Legal, débarque dès 1997. C'est la révélation ! Toujours aussi brut, mais mieux travaillé, mieux produit également, il leur ouvre les portes des États-Unis tant convoités où The Hives tourne la même année. Un nouvel EP, A.K.A. I-D-I-O-T, est édité en 1998, dans une veine identique.

11 au manomètre. En 2000, l'album Veni Vidi Vicious fait l'effet d'un détonateur, en particulier grâce à deux singles à l'efficacité redoutable, « Hate to Say I Told You So » et « Main Offender ». L'Angleterre tombe sous le charme, la discographie complète du groupe y étant rééditée peu après, à grand renfort de promotion. En France, comme chaque fois qu'un volume minimum de 11 est requis sur un manomètre n'allant que jusqu'à 10, la percée est plus timide, mais dans les « milieux autorisés » le nom de The Hives circule plus intensivement chaque jour. The Hives tourne beaucoup, surtout en Angleterre, où Your New Favourite Band, compilation des épisodes soniques précédents, culmine dans le Top 10, à l'été 2002. Des dizaines de milliers de personnes se prennent leurs déflagrations en pleine face dans les grands festivals estivaux (Leeds ou encore Reading) et les Américains les accueillent enfin à bras ouverts.

2003 est un millésime plus calme (le premier !), The Hives se ressource et passe le plus clair de l'année à composer et peaufiner de nouveaux morceaux. Pendant que Your New Favourite Band est réédité sur le territoire nord-américain, le single avant-coureur « Walk Idiot Walk » les dévoile plus pop, bien que toujours aussi incisifs et acérés. Le très bon album Tyrannosaurus Hives confirme cette tendance, en 2004. En signant sur une major, Universal, via sa division Interscope, The Hives est passé à une autre dimension de logique commerciale. Forcément, le succès est immédiat et… planétaire !