En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Rats

Die Ratten

Drame de Robert Siodmak, avec Maria Schell (Pauline Karka), Curd Jürgens (Bruno Mechelke), Heidemarie Hatheyer (Anna John), Gustav Knuth (Karl John), Ilse Steppat (Sidonie Knobbe), Fritz Rémond (Harro Hassenreuther).

  • Scénario : Jochen Huth, d'après la pièce de Gerhart Hauptmann
  • Photographie : Göran Strindberg
  • Décor : Rolf Zehetbauer
  • Musique : Werner Eisbrenner
  • Montage : Ira Oberberg, Klaus Eckstein
  • Pays : R.F.A.
  • Date de sortie : 1955
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 1 h 37
  • Prix : Ours d'or, Berlin 1955

Résumé

À Berlin-Ouest, une jeune femme hagarde est interpellée par un policier et emmenée au poste. Son identité est vite établie, grâce aux époux John. La femme, Anna, raconte l'histoire de Pauline Karka, Polonaise réfugiée. Quelques temps auparavant, Anna, pour ne pas perdre son mari, a fait croire à celui-ci qu'elle était enceinte, malgré sa stérilité. Le hasard lui vient en aide lorsqu'elle rencontre Pauline, qui attend un enfant non désiré, et qu'elle héberge clandestinement chez elle. Comme convenu, Anna fait passer le nouveau-né pour le sien et promet en échange à la fille mère un visa pour la R.F.A., que lui procurera son frère Bruno. Mais les événements vont prendre une tournure dramatique, Pauline cherche à récupérer son enfant et Anna tente de faire disparaître la jeune femme avec l'aide de son frère. Il se tuera sur son propre couteau, avant qu'Anna ne s'enfuie, désemparée.

Commentaire

Adaptant une tragi-comédie dont l'action se situait au début du xxe siècle, le cinéaste réactualise le récit, en dépeignant des « rats » modernes, représentés par des petits bourgeois aisés, plus insaisissables et plus cyniques que les prolétaires de la pièce. Récit avant tout du combat d'une fille mère pour son enfant, le film tire sa force de la sincérité du jeu des acteurs, et de la mise en scène qui ne recule pas devant les effets apparemment sommaires. Cette œuvre pleine de nostalgie pour un passé allemand éclipsé par les années sombres du nazisme connut un succès considérable en R.F.A.