En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Grandes Espérances

Great Expectations

Comédie dramatique de sir David Lean, avec John Mills (Pip), Valerie Hobson (Estella), Anthony Wager (Pip jeune), Jean Simmons (Estella jeune), Martita Hunt (miss Havisham), Bernard Miles (le bagnard).

  • Scénario : sir David Lean, Ronald Neame, Anthony Havelock-Allan, d'après le roman de Charles Dickens
  • Photographie : Guy Green
  • Décor : John Bryan
  • Musique : Walter Goehr, Kenneth Pakeman, G. Linley
  • Montage : Jack Harris
  • Pays : Grande-Bretagne
  • Date de sortie : 1946
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 1 h 55

Résumé

Enfant, Pip aide un bagnard évadé. Il passe son temps libre chez une richissime excentrique qui vit seule dans son château en compagnie d'Estella, une petite fille qui se joue de Pip. Plus tard, Pip devient un gentleman grâce à un mystérieux héritage. Il pense qu'il le doit à la vieille excentrique, mais il s'agit en fait du bagnard reconnaissant, dont Estella, qu'il retrouve, est la fille.

Commentaire

Le film présente les mêmes qualités qu'Oliver Twist que Lean adapta également de Dickens. Si celui-ci est moins égal et soutenu, il contient, en revanche, les plus belles séquences : la maison au bord de la mer, la rencontre du bagnard dans le cimetière, la traversée rituelle de la sombre demeure de miss Havisham au mystérieux et labyrinthique escalier qui conduit jusqu'à elle, la salle à manger fantomatique où sa robe prend feu devant la cheminée. Les extérieurs sont beaux, mais le film se distingue par une très bonne utilisation du studio, que Lean abandonnera définitivement dans les années 1950. Il deviendra alors le cinéaste de la révélation des hommes par leur contact avec une nature qui leur renvoie l'image de leur propre valeur. Comme elle l'a fait pour lui, qui y trouva sa véritable vocation.