En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Contrebandiers de Moonfleet

Film d'aventures de Fritz Lang, avec Stewart Granger (Jeremy Fox), Jon Whiteley (John Mohune), George Sanders (lord Ashwood), Joan Greenwood (lady Ashwood), Viveca Lindfors (Anna Minton).

  • Scénario : Jan Lustig, Margaret Fitts, d'après le roman de J. Meade Faulkner
  • Photographie : Robert Planck
  • Décor : Cedric Gibbons, Hans Peters
  • Costumes : Walter Plunkett
  • Musique : Miklos Rosza
  • Montage : Albert Akst
  • Production : John Houseman (M.G.M.)
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1955
  • Durée : 1 h 27

Résumé

Le jeune John Mohune « se rend à Moonfleet à la recherche d'un homme qu'il croit être son ami ». L'action se passe au xviiie siècle, dans un paysage de criques et de landes. La mère de l'enfant envoie celui-ci auprès d'un certain Jeremy Fox afin qu'il veille sur lui. John finit par trouver l'homme et, par son obstination, se fait adopter de force. Or, Jeremy Fox, chef d'une bande de contrebandiers, est un aventurier sans scrupules et cynique qui mène une vie de plaisirs et fréquente un couple d'aristocrates totalement corrompus, lord et lady Ashwood. John Mohune, de son côté, découvre que Jeremy Fox est non seulement un contrebandier, mais l'homme dont sa mère lui avait parlé et dont elle fut sans doute aimée. Il découvre aussi qu'un de ses ancêtres, un autre John Mohune, avait trahi son roi pour un diamant, diamant qu'il se met en tête de retrouver. Après bien des péripéties, Jeremy Fox, qui commence à éprouver de l'affection pour l'enfant, se lance en compagnie de celui-ci à la recherche du diamant. Ils finissent par le trouver au fond d'un puits, mais Jeremy profite du sommeil de l'enfant pour partir avec la pierre. Il s'associe avec les Ashwood, mais change soudain d'avis, tue Ashwood qui le blesse et revient à temps pour réveiller John, lui demander de remettre le diamant au pasteur et disparaître, mortellement touché, à bord d'une barque à voile rouge.

Commentaire

La quête de l'estime de soi

Lang fut obligé d'ajouter à cette fin qu'il aimait une scène finale plus édifiante. C'est pourquoi il ne semble pas avoir eu beaucoup de sympathie pour ce film. Pourtant, les Contrebandiers de Moonfleet apparaissent de plus en plus comme l'un des meilleurs films de la « période américaine » de Lang et sans doute l'un des plus beaux films d'aventures jamais tournés. Il fallut attendre que les films américains de Lang soient réévalués pour qu'on sache reconnaître, outre la netteté de la construction et la stylisation hardie des décors (le film fut tourné en studio), quelque chose de l'esprit romanesque de ses premiers films allemands. Il ne s'agit surtout pas de romantisme et, même à travers le personnage du petit John Mohune (dénué de toute mièvrerie), Lang reste fidèle à sa conception critique du monde. Il fait de Jeremy Fox non le héros, mais le centre du film, car le noble déclassé devenu contrebandier et séducteur est l'unique personnage susceptible d'être modifié par l'histoire. L'estime de soi, sentiment nodal dans l'univers de Lang, est ce que Fox reconquiert in extremis à travers l'estime que lui porte l'enfant.