En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Choses de la vie

Drame de Claude Sautet, avec Michel Piccoli (Pierre), Romy Schneider (Hélène), Lea Massari (Catherine), Gérard Lartigau (Bertrand), Jean Bouise (François).

  • Scénario : Paul Guimard, Jean-Loup Dabadie, Claude Sautet, d'après le roman de Paul Guimard
  • Photographie : Jean Boffety
  • Décor : André Piltant
  • Musique : Philippe Sarde
  • Montage : Jacqueline Thiédot
  • Pays : France
  • Date de sortie : 1969
  • Son : couleurs
  • Durée : 1 h 45
  • Prix : Prix Louis-Delluc 1969

Résumé

Pierre, architecte, époux de Catherine, vit avec Hélène. Ses intermittences du cœur et les insatisfactions qu'il rencontre dans sa vie professionnelle concourent à son instabilité et à son indécision. Ses rencontres épisodiques avec son ancienne femme sont teintées d'amertume, peut-être de regret. Il n'arrive pas à gagner la confiance de son fils. Son talent d'architecte est dévoyé dans la construction de grands ensembles qui lui interdisent toute manifestation de sa créativité. À l'occasion d'un déplacement en province, il décide de rompre avec Hélène. Mais le destin en a décidé différemment.

Commentaire

Un tel raccourci du scénario ne rend évidemment pas compte d'un film qui décrit « les choses de la vie » : quelques jours de la vie d'un couple ordinaire que la mort d'un des protagonistes va transformer en destin. C'est la raison pour laquelle l'histoire est racontée en une suite de retours en arrière, avec un thème récurrent, celui de l'accident de voiture. Le film est une date marquant l'apparition de Claude Sautet comme auteur et réalisateur majeur du cinéma français. En adaptant le roman sensible de Paul Guimard, Sautet – qui n'a réalisé jusque-là que des exercices de style, aussi remarquables soient-ils (Classe tous risques, l'Arme à gauche) – met en place les thèmes, les personnages qui peupleront l'univers de ses films ultérieurs, et impose un art d'une mise en scène à nulle autre comparable, dynamique, musicale, infaillible. Il s'avère aussi un directeur d'acteurs hors pair, sachant leur arracher des moments de vérité humaine que d'autres n'avaient encore su déceler. Pour Romy Schneider, surtout, après les Choses de la vie, tous les spectateurs auront désormais les yeux de Claude Sautet.