En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Camarades

I compagni

Drame de Mario Monicelli, avec Marcello Mastroianni (professeur Sinigaglia), Renato Salvatori (Raul Bertone), Gabriella Giorgelli (Adele), Folco Lulli (Pautasso), Bernard Blier (Martinetti), François Périer (l'instituteur), Annie Girardot (Niobe).

  • Scénario : Mario Monicelli, Age et Scarpelli
  • Photographie : Giuseppe Rotunno
  • Décor : Mario Garbuglia
  • Musique : Carlo Rustichelli
  • Montage : Ruggero Mastroianni
  • Pays : Italie
  • Date de sortie : 1963
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 2 h 10

Résumé

À la fin du xixe siècle, à Turin, les ouvriers d'une usine de tissage veulent protester contre leurs conditions de travail, à la suite d'un accident survenu à l'un d'eux. Un intellectuel socialiste, le professeur Sinigaglia, les aide à organiser une grève. Après un mois de lutte, qui coûte la vie à plusieurs d'entre eux, la répression a raison du mouvement, et le professeur est arrêté.

Commentaire

Grand succès critique, ce film exceptionnel fut un échec commercial retentissant. Les rééditions et la télévision ont depuis contribué à le faire connaître. Fresque sociale ne perdant jamais de vue les fortes individualités des personnages, film à la fois bouleversant et drôle sans trace de pathos ni de caricature, œuvre engagée sans didactisme militant, coproduction multi-vedettes préservant miraculeusement son homogénéité, les Camarades n'a pas vieilli. Monicelli, dans sa réussite, doit énormément à ses coscénaristes Age et Scarpelli (pour le mélange des genres), à son chef-opérateur Rotunno (pour ses brumes et ses contrastes), à son décorateur Garbuglia, collaborateur habituel de Visconti (pour son étonnante reconstitution), ainsi qu'à l'ensemble de la distribution, inoubliable jusqu'aux rôles les plus infimes, tel ce petit garçon, contraint d'abandonner l'école pour remplacer à l'usine son grand frère tué dans l'émeute, et sur qui se clôt le film.