En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

le Testament d'Orphée

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des films ».

Film poétique de Jean Cocteau, avec Jean Cocteau (le poète), Édouard Dermithe (Cégeste), Maria Casarès (la Princesse, Pallas), Henri Crémieux (l'inventeur), François Périer (Heurtebise), Yul Brynner (le Sphinx), Jean-Pierre Léaud (Œdipe).

  • Scénario : Jean Cocteau
  • Photographie : Roland Pontoizeau
  • Décor : Pierre Guffroy, Janine Janet
  • Musique : Jacques Metehen (arrangements)
  • Montage : Marie-Josèphe Yoyotte
  • Pays : France
  • Date de sortie : 1959
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 1 h 20

Résumé

La vie d'un poète, à travers l'espace et le temps, et leurs symboles. L'inventeur d'un revolver à tuer le temps, le jugement du jeune poète par Heurtebise et la Princesse, les gitans, le palais de Pallas-Athéna, la lance de la déesse qui transperce le poète, la résurrection du poète, la tentation du Sphinx, la fuite d'Œdipe, « Poète, vos papiers ! » et l'assomption finale. Une série de tableaux sans autre lien que la fantaisie poétique, l'association des images, des symboles et des mots pour dire tout cela.

Commentaire

On aura évidemment compris que le film-testament de Cocteau n'est pas racontable. Rhapsodie de citations de lui-même, provocations et plaisanteries habituelles, mise à nu fantasque des ressorts intimes de la pensée, esquisses de monstres très matériels, beautés fugitives : c'est la grande revue finale, l'inventaire avant décès.