En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

le Temps retrouvé

Chronique romanesque de Raúl Ruiz, avec Catherine Deneuve (Odette), Emmanuelle Béart (Gilberte), Vincent Pérez (Morel), John Malkovich (Charlus), Pascal Grégory (Saint-Loup), Marcello Mazzarella (le narrateur), Marie-France Pisier (Mme Verdurin), Chiara Mastroianni (Albertine).

  • Scénario : Gilles Taurand et Raúl Ruiz, d'après le roman de Marcel Proust
  • Photographie : Ricardo Aronovitch
  • Décor : Bruno Beauge
  • Costumes : Gabriella Pescucci et Caroline de Vivaise
  • Musique : Jorge Arriagada
  • Montage : Denise de Casabianca
  • Pays : France
  • Date de sortie : 1999
  • Son : couleurs
  • Durée : 2 h 38

Résumé

Adaptation du dernier volume, posthume et largement inachevé, de À la recherche du temps perdu. Sur son lit de mort, Marcel Proust passe en revue sa vie, les personnages qu'il a connus et ceux qu'il a créés : Albertine, le baron de Charlus, la duchesse de Guermantes, Mme Verdurin, Bloch, etc. Une vie s'achève, celle de l'auteur, et un monde disparaît, celui d'avant la guerre de 1914.

Commentaire

En mettant en images la prose subtile de Proust, le réalisateur chilien prenait le risque de susciter l'ire de tous les proustophiles et proustolâtres. Cela n'a pas été le cas. Bien sûr, des admirateurs de Proust regretteront qu'une grande partie du charme des mots et des phrases s'évapore lorsque le réalisateur les fige en images, mais beaucoup s'émerveilleront de la façon dont sont rendues les couleurs, l'atmosphère et même la construction de l'univers proustien. En revanche, les spectateurs moins (ou pas du tout) familiers de l'œuvre de Proust auront sans doute l'impression de passer plusieurs heures dans un cocktail mondain où ils ne connaîtraient personne ; il ne leur restera qu'à se raccrocher à de beaux visages fugitifs, à grappiller des bribes de conversation brillante et à admirer les beaux décors.