En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

le Plaisir

Drame de Max Ophuls, avec Claude Dauphin (le docteur), Jean Galland (le masque), Gaby Morlay (la femme du masque), Daniel Gélin (le peintre), Simone Simon (le modèle), Jean Servais (l'ami), Jean Gabin (Rivet), Madeleine Renaud (Madame), Danielle Darrieux (Rosa), Ginette Leclerc (Flora), Mila Parely (Raphaële), Pierre Brasseur (le commis-voyageur), Paulette Dubost (Fernande).

  • Scénario : Jacques Natanson, Max Ophuls, d'après trois contes de Guy de Maupassant
  • Photographie : Christian Matras, Philippe Agostini
  • Musique : Joe Hajos, Maurice Yvain, d'après Jacques Offenbach
  • Pays : France
  • Date de sortie : 1952
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 1 h 35

le Masque : Un homme masqué se rend au Palais de la Danse où il fait merveille par son agilité, avant de s'effondrer… On lui ôte alors son masque, il s'agit d'un vieillard.

la Maison Tellier : Les pensionnaires d'une maison close vont assister à une communion solennelle à la campagne et versent de nostalgiques larmes sur la pureté perdue – tandis que leurs clients habituels sont désemparés par leur absence inexpliquée.

le Modèle : Un jeune peintre vit avec son modèle d'orageuses amours. Elle se jette par la fenêtre, reste paralysée. Pour réparer, il l'épouse et ils vieillissent ensemble…

Commentaire

Brillante adaptation de trois nouvelles de Maupassant, reliées par le commentaire du narrateur (l'écrivain). Pour Max Ophuls, c'est le prétexte à un exercice de mise en scène d'une éblouissante virtuosité : travellings tourbillonnants dans la salle de danse, aériens pour la visite de la Maison Tellier vue de l'extérieur… Loin de la gratuité esthétique, c'est aussi une réflexion de moraliste, un parallèle entre le plaisir et le bonheur (« qui, lui, n'est pas gai »…).