En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

le Parrain II

The Godfather, Part II

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des films ».

Chronique policière de Francis Ford Coppola, avec Al Pacino (Mike Corleone), Robert Duvall (Tom Hagen), Diane Keaton (Kay), Robert De Niro (Vito Corleone), Lee Strasberg (Hyman Roth), James Caan (Sonny), John Cazale (Fredo).

  • Scénario : Francis Ford Coppola, Mario Puzo, d'après son roman
  • Photographie : Gordon Willis
  • Décor : Dean Tavoularis, Angelo Graham, Joe Chevalier
  • Musique : Nino Rota, Carmine Coppola
  • Montage : Peter Zinner, Barry Malkin, Richard Marks
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1974
  • Son : couleurs
  • Durée : 3 h 20
  • Prix : Oscar du meilleur film 1974

Résumé

Le Parrain II raconte, par vastes pans alternés, ce qui s'est passé avant et après le Parrain (n° 1) et achève une saga s'étalant sur presque un siècle. D'un côté, la jeunesse pauvre et l'ascension de Vito Corleone, lui-même rendu orphelin par la maffia, émigrant de la « Petite Italie », puis commençant à se faire une place en développant une affaire d'huile d'olive et en commettant ses premiers meurtres. De l'autre, la suite de l'ascension de Mike Corleone, l'héritier du Parrain, ascension payée de plus en plus cher : sa femme le quitte, il doit faire abattre son frère Fredo et se défendre contre tous, rivaux, gouvernement et police. Businessman du crime, sans romantisme, il reste intouché, mais solitaire.

Commentaire

En réalisant cette suite, qui lança la mode des « sequels », Coppola voulut réaliser un film plus complexe, lent et feutré. La partie ancienne pastiche très heureusement, du point de vue visuel, l'esthétique des films muets primitifs. Elle révéla au grand public Robert De Niro, en Vito Corleone jeune, qui construisit entièrement son rôle d'après l'interprétation de Brando dans le premier Parrain. La partie moderne vise à montrer la solitude grandissante de Mike Corleone, de plus en plus froid et comme « embaumé » dans son pouvoir, contraint à abandonner toute chaleur humaine. Elle souhaite dresser un portrait du business-gangstérisme actuel. Pour l'exploitation télévisée, l'ensemble des Parrain I et II fut remonté chronologiquement et débité en épisodes, qui retraçaient les carrières du père et du fils.