En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

le Parrain

The Godfather

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des films ».

Chronique policière de Francis Ford Coppola, avec Marlon Brando (Don Corleone), Al Pacino (Mike Corleone), James Caan (Sonny Corleone), Richard Castellano (Clemenza), Robert Duvall (Tom Hagen), Sterling Hayden (Mac Cluskey), Diane Keaton (Kay Adams), John Cazale (Fredo Corleone).

  • Scénario : Francis Ford Coppola, d'après le roman de Mario Puzo
  • Photographie : Gordon Willis
  • Décor : Dean Tavoularis
  • Musique : Nino Rota
  • Montage : William Reynolds, Peter Zinner, Marc Laub, Murray Salomon
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1972
  • Son : couleurs
  • Durée : 2 h 58
  • Prix : Oscar du meilleur film 1972

Résumé

Le vieux « parrain » Don Vito Corleone, un des chefs respectés de la maffia new-yorkaise, vieillit. Comme il refuse de convertir ses « activités » et de faire du trafic de drogue, certains de ses pairs le font abattre dans la rue. Il survit diminué. Mike, son plus jeune fils, qui jusque-là avait voulu se tenir à l'écart de la « famille », devient le plus dévoué des héritiers : plus efficace que ses frères Sonny et Fredo, il venge son père, organise froidement l'élimination des adversaires de sa famille et, à la mort du Parrain, se trouve à la tête d'un pouvoir rénové.

Commentaire

Un phénoménal succès international accueillit cette rentrée en grande pompe – joues affaissées, port voûté mais digne de vieillard – de Marlon Brando dans son plus célèbre rôle de composition. Il consacra aussi définitivement Al Pacino (déjà vedette de Panique à Needle Park), et montra en Francis F. Coppola un excellent conteur, sachant magnifiquement occuper la durée et doser ses effets – même si le conte est en l'occurrence un peu douteux, alimentant la mythologie de l'honneur des truands. La photo très sobre et tragique de Gordon Willis, un thème funèbre de Nino Rota, contribuèrent à cette réussite.