En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

le Guépard

Il gattopardo

Drame historique de Luchino Visconti, avec Burt Lancaster (le prince de Salina), Alain Delon (Tancrède), Claudia Cardinale (Angelica), Paolo Stoppa (Don Calogero), Serge Reggiani (Don Ciccio Tumeo), Rina Morelli (la princesse de Salina), Romolo Valli, Ivo Garrani, Leslie French, Pierre Clémenti, Giuliano Gemma, Ottavia Piccolo.

  • Scénario : Suso Cecchi d'Amico, Pasquale Festa Campanile, Enrico Medioli, Massimo Franciosa, Luchino Visconti, d'après le roman de Giuseppe Tomasi di Lampedusa
  • Photographie : Giuseppe Rotunno
  • Décor : Mario Garbuglia
  • Musique : Nino Rota (et Verdi)
  • Montage : Mario Serandrei
  • Production : T.C.F., Titanus, S.N.P.C., G.P.C.
  • Pays : Italie
  • Date de sortie : 1963
  • Son : couleurs
  • Durée : 2 h 10
  • Prix : Palme d'or, Cannes 1963

Résumé

L'action s'étend sur les années 1861-1863. Lors du débarquement de l'armée de Garibaldi, le prince de Salina, en Sicile, quitte ses domaines avec sa famille, qu'il domine despotiquement, pour son palais urbain de Donafugata. Comprenant que les jours de la féodalité sont passés, il assure le mariage de son neveu Tancrède avec la fille du riche maire libéral de Donafugata, Don Calogero : les deux jeunes gens se plaisent, mais leur mariage sera un mariage de raison. Après l'annexion de la Sicile au royaume d'Italie, tandis que Tancrède lâche les Garibaldiens pour rejoindre l'armée régulière, le prince refuse la place au Sénat que lui offre la monarchie, et assume complètement sa maxime : « Il faut que tout change pour que tout se conserve ».

Commentaire

Magnificence et lucidité

Visconti lui-même a fait observer que la célèbre scène du bal occupait presque le tiers de son film. Cette séquence donne la clé du Guépard sur le plan social et politique : le jeune aristocrate, naguère révolutionnaire, se rallie à la richesse et à la prudence des nouveaux bourgeois. Le vieil aristocrate sait qu'il ne lui reste qu'à retourner à sa solitude, après avoir littéralement ouvert le bal en compagnie de la jeunesse et de la beauté même. Tous les personnages sont parfaitement lucides quant à la phase historique qu'ils incarnent, phase de transition où fusionnent les classes. Cependant, Visconti se reconnaît à certains égards dans le personnage du prince : le Guépard est son premier film sur l'écoulement du temps, magnifié par la lenteur des mouvements d'appareil et l'insistance sur une somptuosité décadente. De là, contredisant le luxe du bal, l'aspect spectral de la famille princière au début du film.

Le Guépard consacra deux jeunes vedettes : Delon et Claudia Cardinale. Quant à Burt Lancaster, qu'on annonçait incapable d'interpréter un noble sicilien, il donna la pleine mesure de son professionnalisme et de sa séduction intacte.