En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

la Môme

Marion Cotillard dans la Môme
Marion Cotillard dans la Môme

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des films ».

Drame et biographie d'Olivier Dahan, avec Marion Cotillard (Édith Piaf), Sylvie Testud (Mômone), Pascal Greggory (Louis Barrier), Emmanuelle Seigner (Titine), Jean-Paul Rouve (Louis Gassion), Gérard Depardieu (Louis Leplée), Clotilde Courau (Anetta), Jean-Pierre Martins (Marcel Cerdan), Catherine Allégret (Louise), Marc Babé (Raymond Asso), Caroline Sihol (Marlene Dietrich), Manon Chevallier (Édith à 5 ans), Pauline Burlet (Édith à 10 ans).

  • Scénario : Olivier Dahan
  • Photographie : Tetsuo Nagata
  • Décor : Olivier Raoux
  • Costumes : Marit Allen
  • Son : Laurent Zeilig, Pascal Villard et Jean-Paul Hurier
  • Montage : Yves Beloniak et Richard Marizy
  • Production : Alain Goldman, Légendes Entreprises
  • Pays : France / Royaume-Uni / République tchèque
  • Date de sortie : 2007
  • Son : couleurs
  • Durée : 2 h 20
  • Prix : Oscars 2008 de la meilleure actrice (pour Marion Cotillard), du meilleur maquillage (pour Didier Lavergne et Jan Archibald) ; Césars 2008 de la meilleure actrice (pour Marion Cotillard), de la meilleure photographie, des meilleurs décors, du meilleur son, des meilleurs costumes ; Golden Globe 2008 de la meilleure actrice pour un film de comédie ou musical (pour Marion Cotillard).

Résumé

Le film revisite la vie tumultueuse et retrace la carrière de chanteuse d’Édith Piaf, depuis ses années de misère d’avant-guerre – du temps où elle ne s’appelait encore qu’Édith Giovanna Gassion – jusqu’à sa mort dramatique en octobre 1963, au faîte de sa gloire.

Commentaire

« Un grand film d’amour, musical, populaire, tragique et romanesque. Un sujet français, un film international, un grand film sur Piaf » : tel était le projet du réalisateur Olivier Dahan. La Môme aura répondu en tout point et avec maestria à ce projet. Servi par un casting de choix et une reconstitution aussi minutieuse qu’esthétique des lieux que Piaf a contribué à rendre mythiques, le film est de surcroît porté par la stupéfiante et lumineuse interprétation de Marion Cotillard. Celle-ci, en effet, convainc d’autant plus dans le rôle de la chanteuse qu’elle ne cherche pas, malgré une ressemblance physique troublante, à imiter Piaf absolument, ou du moins à imiter l’image que le public se fait d’elle aujourd’hui : c’est la femme aimante, passionnée, entière et souffrante que Marion Cotillard rend à l’écran, et non le personnage dont le music-hall a fait une légende.

Succès critique et public – même aux États-Unis où il est sorti sous le titre la Vie en rose –, la Môme a permis à Marion Cotillard d’obtenir l’oscar de la meilleure actrice en 2008, ce qui fait d’elle la seconde actrice française ainsi couronnée, Simone Signoret ayant reçu le prix en 1959 pour son rôle dans les Chemins de la haute ville, de Jack Clayton.