En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

la Forteresse cachée

Kakushi toride no san-akunin

Film d'aventures d'Akira Kurosawa, avec Toshiro Mifune (Makabe), Misa Uehara (Yukihime), Takashi Shimura (Nagakura), Minoru Chiaki (Tahei), Kamatari Fujuwara (Matakishi).

  • Scénario : Akira Kurosawa, Shinobu Hashimoto, Ryuzo Kikushima, Hideo Oguni
  • Photographie : Kazuo Yamasaki
  • Décor : Yoshiro Muraki, Kohei Ezaki
  • Musique : Masaru Sato
  • Montage : A. Kurosawa
  • Pays : Japon
  • Date de sortie : 1958
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 2 h 06

Résumé

Au Moyen Âge, dans un Japon divisé en une multitude de petits royaumes qui se font la guerre, la princesse Yukihime, en exil depuis son enfance, décide de rentrer dans son pays en faisant passer le trésor de sa famille, afin de reprendre le pouvoir et rétablir l'unité. Elle y est aidée par le général Makabe et deux vagabonds farfelus.

Commentaire

Kurosawa a probablement réalisé là le plus beau film d'aventures jamais vu, tant chaque scène déploie de manière jubilatoire les potentialités de la précédente. Une exaltation – qui vient des nombreuses péripéties du récit comme des prouesses formelles de la mise en scène – saisit le spectateur. Kurusawa se montre à la hauteur de son précepte : « Un film ne peut espérer intéresser un spectateur si celui-ci ne sent pas que les acteurs ont risqué leur vie en le faisant ». On trouve en contrepoint de l'héroïsme guerrier du général la délicatesse sauvage de la princesse et la bouffonnerie savoureuse des deux vagabonds qui réinventaient Laurel et Hardy et furent les modèles de George Lucas pour ses deux sympathiques robots de la Guerre des étoiles. Si la force visuelle du film est terriblement impressionnante, tout son message est à interpréter au niveau symbolique, les signes d'une banale initiation à la vie se mêlant à une mystique assez élaborée dont il ne faut pas exclure un arrière-plan alchimique.