En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

l'Adversaire

Drame de Nicole Garcia, d'après le livre d'Emmanuel Carrère, avec Daniel Auteuil (Jean-Marc), Géraldine Pailhas (Christine), François Cluzet (Luc), Emmanuelle Devos (Marianne).

  • Scénario : Jacques Fieschi, Frédéric Belier-Garcia, Nicole Garcia
  • Photographie : Jean-Marc Fabre
  • Décor : Véronique Barnéoud
  • Musique : Angelo Badalamenti
  • Montage : Emmanuelle Castro
  • Pays : France
  • Date de sortie : 2002
  • Son : Couleurs
  • Durée : 2 h

Résumé

Inspiré de l'affaire Romand, faux médecin qui avait fait croire a son entourage pendant plus de quinze ans qu'il occupait de hautes fonctions à l'OMS de Genève, l'Adversaire se concentre sur la dernière période, où Jean-Claude Romand est de plus en plus pris au piège de ses mensonges.

Commentaire

Comme l'issue tragique de cette histoire est bien connue de la plupart des spectateurs, Nicole Garcia n'a pas essayé de construire un suspense artificiel : dès le tout début du film, on voit l'assassin dans la maison où l'on devine que gisent les cadavres de ses enfants. L'issue tragique étant posée, commence une magistrale relecture, articulée sur trois temporalités, de la vie d'imposture de Jean-Claude Romand. Le spectateur est évidemment tenté, au moins au début, de tout lire à travers la grille du mensonge et du crime, et de voir de la duplicité et de la monstruosité dans tous les gestes et les mots de Romand, comme si celui-ci avait construit toute sa vie pour en arriver à l'apothéose tragique finale. Mais peu à peu la subtilité de la mise en scène et la densité de l'interprétation de Daniel Auteuil nous amènent à un autre niveau de lecture où il ne s'agit ni d'excuser ni d'expliquer, mais d'approcher d'un peu plus près les ambiguïtés et les dérives progressives d'un homme qu'il serait trop facile de rejeter très loin de nous en l'étiquetant monstre ou dément.