En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Un chapeau de paille d'Italie

Comédie de René Clair, avec Albert Préjean (Fadinard), Olga Tschechowa (Anaïs), Marise Maïa (Hélène), Pré fils (le cousin), Alice Tissot (la cousine), Paul Ollivier (l'oncle), Geymond Vital (le lieutenant), Yvonneck, Jim Gérald, Alex Allin, Volbert.

  • Scénario : René Clair, d'après la pièce d'Eugène Labiche et Marc Michel
  • Photographie : Maurice Desfassiaux, Nicolas Roudakoff
  • Décor : Lazare Meerson
  • Musique : Jacques Ibert
  • Production : Albatros
  • Pays : France
  • Date de sortie : 1928
  • Son : noir et blanc
  • Durée : environ 2 100 m (1 h 20)

Résumé

Août 1895. Jules Fadinard, rentier de son état, est sur le point d'épouser la fille d'un gros pépiniériste, Hélène Nonancourt. Mais son cheval, facétieux, lui joue un mauvais tour : profitant d'une halte de son maître, qui caracole au bois de Vincennes, il est allé grignoter le superbe couvre-chef, en paille d'Italie, d'une dame courtisée dans un fourré par un galant militaire… Il s'ensuit une cascade d'invectives, quiproquos, contretemps, chassés-croisés, poursuites échevelées, qui mettent en émoi le prétendant affolé et tous les invités de sa noce. Un vieil oncle sourd rétablira l'ordre après avoir mis le comble à la confusion.

Commentaire

Entre Caran d'Ache et Mack Sennett

Vaudeville typique du second Empire, aux accents discrètement satiriques, l'œuvre de Labiche et Michel fut représentée pour la première fois en 1851. René Clair – qui s'était fait connaître en 1924 avec Entr'acte, un court métrage d'inspiration dadaïste – modernise le cadre, aère l'action, précipite le rythme, stylise les personnages, en bref adapte l'ouvrage aux exigences du cinéma. Esquivant les écueils de la comédie platement filmée, il dessine les contours d'une sorte de théâtre en liberté, qu'il peaufinera dans ses films parlants, du Million (1931) aux Grandes Manœuvres (1955). Il se rit des convenances, joue sur les clichés vestimentaires (gant égaré, cravates mal nouées, chaussures de cérémonie trop étroites…), égratigne les rites sociaux (le lit nuptial baladeur). Les protagonistes deviennent d'aimables marionnettes, emportées dans un ballet absurde qui évoque les courses-poursuites de l'école Pathé, les démêlés matrimoniaux de Max Linder et les burlesques américains. Si l'ensemble garde une certaine raideur, la séquence du « Quadrille des lanciers » demeure un morceau de pure virtuosité, un « ballet russe de la bourgeoisie française », selon le mot de Bardèche et Brasillach. On peut aussi penser à des caricatures de Caran d'Ache, qu'aurait animées la verve irrésistible de Mack Sennett.

Autre version réalisée par :

Maurice Cammage, avec Fernandel, Félicien Tramel, Jacqueline Laurent, Fernand Charpin.

  • Pays : France
  • Date de sortie : 1944 (1940)
  • Durée : 1 h 25