En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Têtes de pioche

Blockheads

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des films ».

Film burlesque de John G. Blystone, avec Stan Laurel, Oliver Hardy, Billy Gilbert, Patricia Ellis, James Finlayson, Minna Gombell.

  • Scénario : James Parrott, Harry Langdon, Felix Adler, Charles Rogers, Arnold Belgard
  • Photographie : Art Lloyd
  • Musique : Marvin Hatley
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1938
  • Durée : 50 min

Résumé

Pendant la guerre, Laurel est chargé de garder la tranchée jusqu'au retour des troupes, tandis que Hardy part à l'offensive. Entre-temps l'armistice est signé. Laurel l'ignore et reste vingt années à garder sa tranchée. Découvert par un aviateur qu'il tentait d'abattre, il est rapatrié. Hardy, qui s'est marié à une mégère, apprend l'histoire dans les journaux. Il va chercher son ami à l'hôpital pour l'amener chez lui, ce qui ne va pas sans poser quelques problèmes.

Commentaire

Le meilleur long métrage du couple le plus émouvant du cinéma. Têtes de pioche reprend des gags et des scènes créés dans des films antérieurs, mais peaufinés et bien orchestrés par la mise en scène de Blystone. Laurel se surpasse dans un rôle finalement proche de celui de l'Idiot de Dostoïevski, puisqu'il prend au pied de la lettre tout ce qu'on lui dit, détruit sans y prêter attention, et indirectement, tout ce qui l'entoure, sème la discorde et crée des quiproquos par sa seule présence. Même si des réussites suivirent ce film, on peut le considérer comme le chant du cygne de ce duo qui, pendant vingt-six ans, fut comme l'image d'une permanence d'être, dans les aléas, les douleurs, les acharnements de la vie.