En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Travail au noir

Moonlighting

Comédie de Jerzy Skolimowski, avec Jeremy Irons (Novak), Eugène Lipinski (Banazak), Jiri Stanislav (Wolski), Eugeniusz Haczkiewicz (Kudaj).

  • Scénario : Jerzy Skolimowski
  • Photographie : Tony Pierce Roberts
  • Décor : Tony Woolard
  • Musique : Stanley Meyers
  • Montage : Barne Vince
  • Pays : Grande-Bretagne
  • Date de sortie : 1982
  • Son : couleurs
  • Durée : 1 h 37

Résumé

Trois ouvriers polonais et Novak, leur contremaître, débarquent à Londres pour une durée d'un mois afin d'effectuer au noir des travaux dans la résidence d'un riche compatriote. Novak, qui est le seul à parler l'anglais, s'occupe des relations avec l'extérieur. Il apprend un soir qu'un coup d'État militaire vient d'avoir lieu en Pologne. Il cache la vérité aux autres et, n'ayant plus d'argent pour gérer le chantier, s'arrange pour trouver des combines pour voler de la nourriture et du matériel.

Commentaire

Ce film fut conçu par Skolimowski dans la nuit de « beuverie » qui suivit à Londres l'annonce du coup d'État de décembre 1981. L'écriture du scénario et la préparation prirent trois semaines et le film fut tourné en 20 jours. Cela afin d'être prêt pour Cannes, condition sine qua non pour que le film soit produit. Cette course contre la montre rejoint le sujet permanent des films de Skolimowski. Une action doit être accomplie dans un temps donné, après quoi elle n'aurait plus de raison d'être. Cette idée d'un compte à rebours permanent crée la tension constante qui innerve ses meilleurs films. L'idée du film pourrait être une métaphore, la misérable maison en chantier où sont enfermés les ouvriers pouvant représenter la Pologne, mais c'est Londres et non plus Varsovie qui devient pour Novak et ses ouvriers une ville en état de siège, où ils doivent enfreindre le couvre-feu décrété par leur situation illégale.